Diabète : pourquoi utiliser le patch pour calculer son taux de glycémie ?

Diabète : pourquoi utiliser le patch pour calculer son taux de glycémie ?

La contrainte des piqûres concerne plus d’un chez les personnes diabétiques. Le patch dermique révolutionne cette vieille méthode en permettant de mesurer le taux de sucre présent dans le sang du patient. En temps réel et sans aiguille, le patch a l’avantage de faciliter la vie de ceux qui doivent contrôler régulièrement leur taux de glycémie.

Se passer des méthodes contraignantes grâce à cette nouvelle technologie

diabete patch1

Les méthodes utilisées pour connaitre le taux de glucose sont toutes aussi intrusives les unes que les autres. Parmi ces procédés, le plus courant est sans doute celui qui consiste à se piquer le bout du doigt avec une lancette. Comme alternative, les solutions permanentes existent, mais coûtent cher et sont assez disgracieuses au niveau de leur apparence : un système invasif représenté sous forme de capteur implanté dans le bras ou l’abdomen avec une petite aiguille pénétrant dans le tissu de la peau.
Dans l’optique de mesurer le taux de glucose d’un patient sans avoir à traverser la peau, les chercheurs de l’université Tsinghua en Chine ont mis au point un patch dermique. Tout d’abord, le système va créer un gradient électrochimique dans les tissus grâce à une petite batterie pour produire une tension électrique en dessous de la peau.

Comment fonctionne le patch ?

Le patch en question renferme une borne positive (anode) et une borne négative (cathode) qui génère un véritable circuit électrochimique sous la peau. Ensuite, un produit sera enduit à la borne positive qui passe sous la peau dans le circuit généré par l’électrode. C’est ce produit qui va collecter les informations sur la glycémie jusqu’à la borne négative. Puis, le capteur sera accolé sur le derme afin de convertir les molécules du glucose en signaux électriques. Les résultats obtenus seront déchiffrés par un expert.
Certes, la fabrication de cette technologie a donné du fil à retordre, car elle réunit à la fois la biochimie, l’électrochimie, la conception électrique et la fabrication de semi-conducteurs. Les scientifiques essaient toujours d’optimiser sa conception et comptent bien le connecter à un appareil à l’avenir pour une lecture instantanée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *