L’âge d’adolescence serait compris entre 10 et 24 ans

L’âge d’adolescence serait compris entre 10 et 24 ans

L’âge mental de l’être humain serait beaucoup moins mature qu’on ne le pense. Alors que dans la croyance populaire, l’adolescence se situe principalement entre 14 et 19 ans, une étude australienne publiée récemment affirme toute autre chose. La tranche d’âge qu’on a tendance à approprier à cette période de la vie humaine est certes, incluse dans leurs données, mais semble plutôt courte.

Au cours de notre existence, on est adolescent bien plus que 5 ans. L’étude en question table sur une période allant de 10 à 24 ans pouvait-on lire dans la revue The Lancet, Child ans Andlescent Health parue le 17 janvier. Ce qui fait un total de 14 années, soit, presque trois fois la durée établie par la société et les scientifiques.

Selon l’OMS, l’adolescence va de 10 à 19 ans

Une annonce similaire a déjà été faite vers l’année 2003, où l’adolescence était définie comme la période comprise entre 10 à 19 ans. « L’adolescence débute avec l’apparition de la puberté physiologiquement normale et se termine lorsque l’identité et le comportement des adultes sont acceptés » indiquait la Société Canadienne de Pédiatrie à cette époque. En outre, cette fourchette d’âge correspond tout à fait à la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé en 2017.

oms

En ce qui concerne l’étude du Lancet, la puberté précoce est l’une des raisons qui poussent l’Homme a entré dans la sphère des ados plus tôt que prévu. Puis, le fait qu’elle s’étende jusqu’à 24 ans s’explique par « l’achèvement de l’éducation, le mariage et la parentalité ». Ces trois faits en particulier « continue de faire évoluer les perceptions populaires du début de l’âge adulte ».

L’entrée retardée dans la vie active pour cause

Parmi les causes responsables de cet âge avancé de la période d’adolescence, les auteurs avancent comme argument « l’amélioration des conditions socio-économiques ». À la préhistoire, les premières menstruations apparaissaient entre 7 et 13 ans chez les jeunes filles. Un phénomène des plus normaux jadis, car leur espérance de vie était relativement faible. Pourtant, ils devaient se reproduire pour avoir des prédécesseurs.

Au 19e siècle, l’âge moyen des premières règles a reculé à 14 ans. Un retard significatif qui coïncide avec le début des temps modernes, et qui pourrait faciliter la propagation des maladies. Dans la seconde moitié du 20e siècle, l’âge de la puberté féminine « semble aujourd’hui ralentir ou se stabiliser » conclut l’auteur.

adolescence 1

À l’autre bout du spectre, les femmes ont du mal à se sortir de cette période de transition fait remarquer les chercheurs. Sur le point juridique, la majorité commence à 18 ans avec l’arrivée des responsabilités de l’âge adulte. Cependant, la nouvelle limite évaluée par ces scientifiques australiens repousse l’âge de l’adolescence à 24 ans. Une définition élargie qui serait « essentielle » dans le cadre d’une élaboration plus adaptée des « lois, politiques sociales et systèmes de service ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *