La tradition du pourboire est de moins en moins pratiquée en France

La tradition du pourboire est de moins en moins pratiquée en France
Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Si les pourboires ne sont pas vus de la même manière selon les secteurs d’activité, les pays ou les personnes, les Français semblent accorder une importance particulière à cette pratique. Enfin, c’est ce qu’ils prétendent car la réalité prouve le contraire.

Le pourboire rendu public ?

Au cours de ces dernières années, la baisse des pourboires dans les cafés inquiète l’Union des métiers et des industries et de l’hôtellerie UMIH. Pour cause, cette dernière a l’intention de les rendre obligatoire comme cela se pratique dans certains pays. En ce sens, cette proposition sera faite auprès des législateurs.

La clientèle française affirme pourtant laisser de l’argent après une collation aux terrasses ou aux comptoirs. 96 % déclarent que le pourboire est un réflexe en vacances alors que la diminution se fait sentir d’années en années dans les cafés et restaurants français. Sont-ils de plus en plus radins ?

Incitation aux pourboires

Dans certains établissements, des petits pots sont installés au comptoir pour inviter les clients à penser au service en leur laissant des pourboires. Pour confirmer nos doutes quant à cette tradition qui semble se perdre, une petite enquête a été menée de côté dans des endroits fréquentés du centre parisien.

Pourquoi le pourboire est-il en baisse ?

Geoffrey, gérant d’une brasserie du quartier des Halles grimace lorsqu’on lui parle de pourboire. « Les clients en donnent un peu mais pas beaucoup » raconte le jeune homme qui travaille dans la restauration depuis 15 ans. A ses débuts, le pourboire représentait 15 à 20 % de l’addition, s’il n’est plus qu’à 2 voire 3 % aujourd’hui. A cette époque, il était serveur et touchait jusqu’à 1 500 €, ce qui lui permettait de doubler sa paye. Or, ses collègues plafonnent aujourd’hui à 400 €.

C’est le même cas pour François, serveur en veston et nœud papillon dans un restaurant très fréquenté par les touristes à quelques mètres de Paname. « Ça a baissé à cause de la crise et puis les serveurs font souvent la tête, il faut le reconnaître ».

La réticence des clients à déposer une gratification est souvent liée à un mauvais service. Pourtant, un petit sourire ne coûte rien. Cela peut changer le regard des gens à votre égard.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Simple Share ButtonsCet article vous a plu ? Partagez-le !
Simple Share Buttons